Imprimer cette page

Réunion du Jeudi 13 Mars à la Chapelle Saint-Elzéar

Compte-rendu de la réunion d'information.

La chapelle était archi-pleine dès 18 h 30. Une vingtaine de Montfuronais s’étaient déplacés, mais plus nombreuses encore étaient les personnes venues des villages environnants (Montjustin, St-Michel l’Observatoire…), pour s’informer et débattre du projet de vente et d’aménagement concernant le domaine de Mériton.

I) Intervention du maire.

Monsieur Fischer a tenu à prendre la parole quelques minutes, avant de se dire obligé de partir pour une autre réunion. Il a d’abord déploré les « fuites » qui ont rendu public le projet élaboré par les éventuels acquéreurs. Bien qu’admettant travailler sur ce projet depuis plusieurs mois, il estime qu’il n’aurait du être dévoilé aux citoyens ordinaires, de Montfuron et d’ailleurs, qu’après avoir été finalisé (mouvements dans la salle). Ensuite M. Fischer se lance dans un plaidoyer décousu, mêlant les rentrées fiscales escomptées pour la commune ou l’intercommunalité, le caractère écologique du village avec son futur jardin à papillons, et la clientèle de milliardaires chinois ou indiens qu’il s’agirait d’attirer par des installations « haut-de gamme » (sidération dans la salle).

II) Présentation et questionnements.

La réunion se poursuit par la présentation sur écran du document dont nous avions déjà eu connaissance, par internet, et qui précise les différents aspects du projet des promoteurs (groupe financier franco-suisse) : chasse, équipement hôtelier, équipement de « bien-être », construction de villas, restaurant gastronomique, cultures bio… le tout très « haut de gamme ».

Hélas, les personnes qui font cette présentation, ne se présentent pas elles-mêmes. Elles ne précisent jamais si elles forment un groupe organisé, (une association ?, un collectif ?) ou si leur action reste individuelle et anonyme. Elles disent que leur dénonciation du projet présenté est motivée par la conception qu’elles ont de la société, du développement qu’elles souhaitent pour notre région, son agriculture notamment, et finalement par leur « idéologie » (sans autre précision). Elles affirment ne pas vouloir léser Mme Curreti  mais  elles espèrent bloquer cette vente, et mettre sur pied un projet alternatif favorisant les agriculteurs. Elles interpellent les Montfuronais présents dans la salle, sans doute coupables à leurs yeux de s’être peu engagés jusque-là. Mais elles semblent tout ignorer du fonctionnement de notre commune. Elles ignorent aussi l’existence de notre association et ses multiples combats. Leur lutte apparaît individualiste dans la démarche, idéaliste dans les solutions proposées.

Au cours des échanges il est confirmé, par M. Guillot et par des membres du Parc du Luberon, qu’un tel projet demanderait de revoir, non seulement le PLU de Montfuron, mais le SCOT, et même la Charte du Parc du Luberon. À moins, question soulevée par Sylvain, que notre commune ne sorte du Parc… Ces démarches, impliquant de nombreuses communes, demanderaient des années. Il apparait par ailleurs que la SAFER n’a pas joué un rôle très clair dans les pourparlers en cours. Pour certains des intervenants, il conviendrait de réinterroger les différentes institutions concernées, et de demander l’application de la loi.

Conclusion.

Au total, il serait souhaitable que notre association, pour éviter de se laisser entrainer dans des polémiques hasardeuses, analyse posément la situation, et prenne une position claire, avec un argumentaire sérieux et une démarche cohérente, en s’appuyant si nécessaire sur l’expérience et les conseils de Luberon Nature.


Page précédente : Un projet coherent pour l'avenir